Mrboulard - (Viens lire mon récit du Japon à vélo !) Pause Tandem Follis



  • Trop beaux les points de vue.
    J'aurais bien aimé des photos de tes photos de ferry moi :(



  • Le jour de repos pendant notre voyage, c'est comme au tour, on pédale quand même ! Alors certes on a plus de sacoches, mais le vent souffle toujours et dans cette cuvette géante qu'est la caldeira du volcan Aso, c'est les montagnes russes. On a du faire une trentaine de bornes, entre aller à la ville et en revenir et faire l'aller-retour au onsen. Très grande salle avec 3 bassins, une quinzaine de douche pour se laver avant d'y entrer, un sauna et sa petite piscine d'eau fraiche et un bain extérieur. La vue sur le soleil couchant derrière le mont Aso depuis un sauna à 98°C, j'avoue que ça a son charme :)
    Notre couchsurfer Jiro est un agriculteur qui voit le monde défiler chez lui, que ce soit woofers ou warmshowerers, il a un bon lot d'anecdotes à partager. Il pratique une agriculture très respectueuse, sans produits chimique ni machine. Il a trois enfants très mignons mais avec qui on n'échangera pas beaucoup, ils sont à l'école et rentrent tard. Sa maison est assez grande et il a plein de choses partout que ce soit à l'intérieur ou sur son terrain ou encore dans sa grange... On sent qu'il est assez différent. On s'attendait à l'aider, mais c'est une journée de repos : les woofers préparent leur affaires car il rentrent demain, Jiro et sa femme se reposent et trient les prunes ramassées pendant le week-end. On en profite pour découvrir les alentours et se balader près du volcan. On ne pourra pas voir le cratère car il est fermé par les autorités (bulletin journalier) à cause des émanations de gaz toxiques.
    Je me rends aussi compte qu'une des raisons qui m'a poussé à venir ici, c'est une route que @Tychom m'a conseilléé, Laputa Road. Et je me rends compte que j'arriverais jamais à y aller, c'est de l'autre côté du volcan, ça fait un petit 70km a/r et j'ai pas de jus dans les jambes. Un peu déçu, mais tant pis, ça fait pas une bonne occasion de revenir ?

    0_1528993473018_IMG_3731.JPG

    0_1528993486386_IMG_3734.JPG

    0_1528993502278_IMG_3737.JPG

    0_1528993512138_IMG_3745.JPG

    Jour 7

    On part assez tôt malgré la petite étape (~40km) qui nous attend parce que tout le monde se lève aux aurores et parce qu'on veut arriver vite chez nos couchsurfers pour profiter de la rencontre. Grand chambardement dans la maison, les woofers partent, l'une rentre au Danemark, l'autre se fait faire des panneaux avec les directions en japonais pour son trajet en stop jusqu'à Tokyo. Nous on réorganise nos sacoches, les enfants se préparent pour aller à l'école. On s'éclipse avant les grands adieux entre les danois et leur apprenant pendant trois mois.
    La route commence mal, j'ai faim et ma copine a pas l'air de vouloir s'arrêter. On s'engueule un peu et on petit déjeune sur le bord d'une nationale remplie de camion => FUN TIME !
    Comme on est dans une cuvette, on doit en sortir et la route s'élève pas mal. Ca me permet de faire passer la contrariété. C'est pas si dur et en haut la vue est très belle. On passe le col et nous voilà sur une portion de route descendante presque jusqu'à la fin. La route est très jolie, on passe de nombreux et courts tunnels, des petits villages paisibles. Il fait déjà très chaud (et il y a toujours du vent). On arrive vraiment très tôt, vers 12h. On passe manger un peu plus loin dans un super resto de bord de route, qui fait des soba traditionnel dans un décor magnifique. On sieste un peu plus loin dans un champs et vers 14h, on retrouve Osamu et Ai, nos couchsurfers. Leur maison ressemble beaucoup à ce qu'on aimerait avoir, entourée de rizières qui viennent d'être plantées, un peu en hauteur. Ils ont un chat comme le notre et des boulots comme les notre. Des ages comme les nôtres et des passions proches. Bref c'est un peu nos sosies japonais qu'on vient de rencontrer !

    0_1528993379629_j7.jpg



  • sexy tes vacances !



  • Jour 8

    On se lève aux aurores. Au petit déjeuner très français (beurre d'isigny et crepancake), on est très surpris de voir Ai en uniforme. On avait presque oublié que c'est la règle dans beaucoup de boulot. Elle bosse dans l'accueil de personne agées un jour par semaine, le reste du temps, elle est architecte. Hier soir, on a profité d'avoir des japonais pour réserver le ferry pour aller à Okinawa. On a dû mal à partir, on se sent bien ici mais eux ont des couchsurfers tous les autres jours de la semaine et nous devons retrouver la mer... On a un contact en warmshower mais après lui avoir donné les informations de notre journée, l'heure de notre départ, le nombre de km et l'heure possible d'arrivée, il a un peu paniqué en nous disant que c'était infaisable et qu'il valait mieux qu'on coupe en deux cette étape trop longue. On essayé de le convaincre, mais définitivement c'était trop de stress pour lui... On part avec un possible point de chute dans une guesthouse de surfers au bord de la mer.

    La route aujourd'hui n'est que descente (tu parles !). On longe le fleuve Gokase avec des très belles gorges au début et la route semble être assez agréable. On roule assez bien, on fait une longue pause pour voir les gorges de Takachiho, il n'y a encore presque aucun car de touristes. On remonte sur le route principale (attention 12%) et passons voir le monastère shintoïste consacrant les arbres. C'est très agréable, on resterait bien la journée ici mais bon on est pas là pour glander, on est là pour rouler !

    0_1529079402297_IMG_3758.JPG .

    0_1529079416484_FullSizeRender.jpg

    0_1529079439440_IMG_3763.JPG

    La route est en hauteur pendant assez longtemps, c'est une grosse nationale mais peu fréquentée. Les camions font attention à nous doubler large. La vue sur les vallée en contrebas vaut vraiment le coup. On traverse de nombreux ponts, de nombreux tunnels (qu'on prend sur le trottoir quand ils sont longs) toujours en descendant légèrement. La route en hauteur implique plus de prise au vent. Les 15kms en descente sont passés bien vite, la portion suivante est très vallonnée. Un eternel recommencement de montées casse-patte et de descentes venteuses. Il est toujours là, même dans la montagne... Après un arrêt pour régler un couinement de disque, ma copine descend un trottoir et pouf

    0_1529079461643_IMG_3761.JPG

    Ahah, on en rigole encore. Les sacoches qui se mettent en grève 'On veut plus travailler ! On veut se coucher !', c'était insoupçonné. On règle le problème, le soleil cogne quand on s'arrête, on ne s'en aperçoit pas le reste du temps parce qu'il y du vent. La route redescend vers la plaine. Le profil de l'étape plutôt descendant est assez traitre parce qu'il y a plein de petites bosses. Je suis pas hyper fan, ça me tape vite sur le système. En plus, on commence à être usé par le vent en continu mais alors dans la plaine, ça devient infernal. Des grandes étendues cultivées et nous sur des routes surélevées... On prend des relais mais on avance pas (putain la moyenne merde !). Même si on fatigue un peu, on décide de pousser jusqu'à Hyuga et sa guesthouse de surfers, ça nous fera une plus petite étape demain et l'ambiance y à l'air cool.
    La fin de la route est une ligne droite qui ne s'arrête jamais, on s'arrête dans un hypermarché qu'on dévalise. Et puis, enfin c'est fini. 17h30, nous voilà arrivé après 100km. Après l'upload sur strava, on comprend mieux notre état de fatigue, on a quand même fait du dénivelé ! On pose nos affaires, on prend une douche et on file sur la plage. Elle est séparé par une forêt qu'on doit traverser en faisant attention à pas marcher sur des crabes. Il y en a partout, c'est très surprenant. Le temps de boire une bière et il fait nuit. On finit notre repas entre un bowl pour skater, des hamacs et des planches de surf. Pas du tout cliché, ça fait très authentique malgré les murs peints en jaune et l'a priori qu'on pourrait avoir sur une auberge de surfers. Ici, ça surfe vraiment et ça ne se prend pas la tête !

    0_1529079127314_j8.jpg



  • Ce volcan, c'est magnifique



  • Jour 9

    On traîne pas mal ce matin, l'endroit est cool et notre machine est en train de sécher au soleil. On programme la suite, car on se rend compte qu'il y a un festival le soir où l'on doit dormir à Kagoshima, notre destination finale sur les îles principales. Tous les hébergements sympa ou pas cher sont bookés et il reste que des Ryokan à 400€ la nuit ou des hotels merdeux à 200€. On finit par trouver un ryokan sur l'ile en face de Kagoshima, qu'on contacte via un long formulaire sur leur site, traduction approximative et en attente de confirmation... On verra ce que ça donne, c'est dans trois jours.
    On hésite d'ailleurs à bouriner et à faire l'étape en deux jours. Ça fait 175km, mais on ne connait pas la dénivelée et la direction du vent. On hésite mais on se dit finalement que trois jours nous permettraient d'arriver à Okinawa un peu plus frais si on veut se balader là-bas aussi. On réserve une guesthouse à Miyazaki vraiment pas cher.

    11h, c'est l'heure du départ. On sort de la petite rue pour reprendre la nationale qui longe la mer. Le vent est là, les camions et la circulation aussi. La vue en permanence sur la mer conjuguée avec un temps magnifique nous permet de profiter un peu. Sinon, ce n'est que passage sur les trottoirs pour laisser passer les camions et lutte contre le vent. Les quinze premiers kilomètres sont ainsi, avant que l'on bifurque pour quitter cette route. Mais qu'est-ce qu'ils sont longs ! On s'arrête à chaque croisement en espérant que c'est ici que l'on tourne. On redescend sur la route quand il y a une deuxième voie durant quelques kilomètres avant de reprendre un trottoir. Le vent, lui, est toujours présent, trottoir ou pas, circulation ou pas. Il y a environ 30km/h de vent de face.

    0_1529338785588_IMG_3770.JPG

    Alors nous, après l'étape d'hier avec pas mal de dénivelée, on s'était psychologiquement préparé a une étape toute plate à 27km/h de moyenne. On arrive difficilement à 18km/h...

    On bifurque enfin, le vent se fait plus fort mais au moins la route est déserte. Après quelques kilomètres on croise une fine équipe, une famille entière à vélo. Le père est devant avec le plus jeune fils en tandem. La mère suit. Puis les deux autres fils, jumeaux. Ils sont tous super équipés. On discute un peu, ils viennent de Calgary et sont bien contents car ils ont le vent dans le dos... On échange sur ce qui nous a marqué et ils nous parlent d'un volcan qui est en éruption sur les pentes duquel ils sont montés quelques jours auparavant. Très impressionnée, la mère nous sort "It actually spits ashes!" (Il crache vraiment des cendres !). On en rigole un peu après, ben oui, il va pas cracher des bananes.

    0_1529338799002_IMG_3771.JPG

    0_1529338858044_FullSizeRender.jpg

    J'ai aucun souvenir de la route. Ah si, une côte chiante avec des camions qui pouvaient pas doubler et du vent mais sinon rien. Au fur et à mesure de l'étape, on se demande pourquoi on est passé par là. On commence à en avoir marre de faire du vélo, parce que bon c'est quand même des vacances et qu'on est pas là pour être des paravents. Les paysages, même si c'est beau, on les as déjà vus. Peut-être si on était passé par la côte ouest, on aurait pas eu de vent et des paysages différents. Mais bon avec des si...

    On arrive à Miyazaki. La ville ressemble à une ville chinoise. Des buildings au bord d'une rivière. Des grandes avenues. Un coucher de soleil chinois. On se demande ce qu'on fait là, surement qu'on est obligé de passer par là pour rejoindre notre destination. Cela donne une impression bizarre de se retrouver dans une ville pas vraiment par choix mais par obligation.

    0_1529338844571_IMG_3779.JPG

    0_1529338895966_FullSizeRender-1.jpg

    Mais ça nous fait découvrir le Japon autrement. Je prends plus de photos aussi. C'est comme si le plaisir s'en était allé et que bon, il faut bien finir ce voyage, donc nous voilà à Miyazaki. Mais cette atmosphère perturbante ne nous empêche pas de nous balader dans la ville. Le coucher de soleil est magnifique (mais chinois), on passe dans un bar à bières artisanales et on goute des bières locales très bonnes, on mange dans un resto très connu, une institution, qui fait le meilleur Chicken Nanban. C'est un peu "maintenant qu'on est là, faisons quelque chose de notre soirée" à comparer avec le "on en prend tellement les yeux toute la journée qu'on fout que dalle le soir" d'avant (ou presque).

    0_1529338904259_IMG_3780.JPG

    Oui oui, tu vois bien, pates+riz. Un vrai repas de cycliste.

    Vu le vent sur la journée, on a bien fait de découper en 3 les derniers 175km. On est bien rincés alors qu'on a fait 70kms :/ La guesthouse qu'on a réservé se trouve être une grande coloc avec deux chambres au rez-de-chaussée que les occupants louent pour se faire du blé. C'est assez bruyant, il fait très chaud et les futons sont trop nuls. Bref, ça ne fait que renforcer notre questionnement : qu'est-ce qu'on fout là ?

    0_1529338721140_j9.jpg



  • Jour 10

    Un léger regret nous hante : il y a une très belle presqu'île à quelques kilomètres et on a eu la flemme d'y passer hier soir. Mais ce matin, on se dit que l'étape étant petite, on devrait vraiment y passer. Faut pas laisser un regret s'installer quand on peut encore le réaliser.
    Nous voilà parti vers Aoshima, petit paradis d'île volcanique minuscule, sur laquelle se dresse un grand temple shintoïste. Petit détour d'une vingtaine de kilomètres. La route est plaisante, en bord de mer. Il n'y a plus de rocher mais des plage de sable qui s'étendent sur des kilomètres. Des énormes resorts all-inclusive ponctuent le trajet. L'île est sublime et on y arrive assez tôt pour éviter les touristes. Mais quand on repart, des cars entiers deversent des groupes avec guide relié en wi-fi... Au moins cela nous fait relativiser sur notre trajet, on a bien fait de passer par là juste pour cette île magnifique qui nous était inconnue deux jours auparavant.

    0_1529598963195_IMG_3782.JPG

    0_1529598979493_IMG_3784.JPG

    La route ensuite est nulle. Le vent à forci, c'est un faux plat montant avec des petits raidillons. Il fait lourd. La route est très empruntée et il n'y que deux voies étroites. On prend les mêmes et on recommence, quoi. On n'est même plus le long de la mer. Notre seul refuge, c'est les konbini, ces supermarchés ouverts 24/24h qui propose des produits de première nécessité, de la bouffe, des clopes, de l'alcool et des toilettes. Ma seule photo du trajet sera donc un konbini.

    0_1529599015806_IMG_3787.JPG

    On échoue dans un hôtel au milieu d'une zone commerciale gigantesque. On est à 7km du centre-ville. C'est gris, tout est fait pour les voitures, et nos seuls voisins sont un casino, un macdo ouvert 24/24h et des très grandes surfaces. On découvre donc les Manga souko, des grandes surfaces de second hand products. On y trouve absolument tout, des fringues aux cannes à pêche, des cartes yugi-ho jusqu'aux montres. On y passe des heures et c'est seulement notre estomac qui nous fait en sortir. Il nous dirige droit vers une cantine : d'un côté des photos des plats servis, de l'autre une machine automatique. Tu commandes et paye tes plats sur une machine qui te distribue des tickets. Tu vas t'assoir et une serveur vient prendre tes tickets pour t'apporter ton plat. On a mis environ 40 min à choisir et à traduire d'après les photos. Puis 25 min pour trouver les plats correspondant sur la machine (complications comprises : les plats sont affichés plusieurs fois selon si on les veux seuls, en menu, avec des suppléments...). Mais on était tellement fier de se faire servir ce qu'on avait choisi exactement comme on le voulait.

    0_1529598945270_IMG_1386.jpg

    0_1529599041239_j10.jpg



  • Les leurres et cannes Japs' c'est le top ( dommage que tu pêches pas ) !!
    -1 le Konbini, c'est mieux les arbres :D !



  • @bouhh On voyait souvent des grosses enseignes Shimano sur le bord de la route. C'était toujours des magasins d'article de pêche.



  • Purée, je viens actualiser mon topic pour y mettre le N+1 et voilà que je me rends compte que j'ai pas fini mon récit du Japon !
    Je m'y remets dès demain !

    En attendant, voilà le tandem.

    0_1535305099557_tandem2.jpg

    Un joli Follis en 58-51 tout d'origine. Moyeux maxi-car (frein a tambour à l'arrière), pédalier TA triple, cantis Mafac bidouillés pour avoir plus de puissance, selle idéales.
    Il a été acheté neuf dans les années 80 pour 15000 francs par un couple (qui a ensuite fait partie de la confrérie des 650) qui l'a revendu à celui qui nous l'a vendu. Qui avait d'autres pépites dans la cave, entre autres un Herse trouvé à Emmaüs et un Salmon de toute beauté.
    Y'a quelques trucs qu'on va changer, surement les gaines, le cintre avant, les patins, mais rien de très révolutionnaire, il est bien dans son jus. A terme, peut-être passer sur plus de 5 vitesses à l'arrière...



  • belle bête!
    c' est vrai qu'il faut faire un peu de ménage au niveau des câbles/gaines!
    et des beaux pneus....



  • @bikibike a dit dans Mrboulard - Viens lire mon récit du Japon à vélo ! :

    belle bête!

    Et moins lourd qu'un vélib !
    Ces pneus vont gicler, ils roulent tellement mal.



  • Beau !

    La dynamo est sur la roue AR ou sous base ?
    (y a un shifter Simplex derrière le 2eme tube mais on croit la deviner derrière)



  • Bien vu @OuinOuin, la dynamo est sur la roue AR, elle a été changée, mais le shifter est toujours là.



  • y'a faute avec les pédales dépareillées
    on aura d'autres photos ?



  • Le cintre arrière, tu le laisses comme ça? Tu peux aussi le remplacer par un cintre de BMX, tant qu'à faire...

    Sinon, belle bête. A peu près à vos tailles respectives, non?



  • @pol75018 Pour l'instant le cintre reste comme ça. On verra ensuite.

    @ceramique D'autres photos quand il ressortira, qu'on l'aura nettoyé et rabiboché.



  • Superbe le Follis ! Presque nos tailles aussi :D
    Le Vaya de ta chérie c'est mon montage en modèle réduit.



  • @kisspascool Merci ! Oui ton vaya et le sien ont le même groupe, même GB... Mais le sien est petite taille, donc en 26' c'est un peu chiant (elle a pas de moyeu à dynamo, ni de câble enroulé n'importe comment :-p)



  • @mrboulard Ah oui, j'avais pas noté le 26'. Pour ça qu'il est bien proportionné !



  • Pour info, le tandem a couté 15000 francs dans les 80's. 4 SMIC de l'époque tout de même....



  • @mrboulard a dit dans Mrboulard - (Viens lire mon récit du Japon à vélo !) Pause Tandem Follis :

    Bien vu @OuinOuin, la dynamo est sur la roue AR, elle a été changée, mais le shifter est toujours là.

    pour certains trucs j'ai un oeil de lynx ;)

    Le calage de la pompe a l'air sympa, ainsi que le té de fourche je pense qu'il y a moultes détails bien sympathiques sur ce vélo, belle pioche !



  • Le tandem est trop beau !

    J'ai dans le garage de chez mes parents, un tandem qui ressemble et il y a les différences suivantes :

    • Une des manettes a un double tirage, mais je ne sais plus si il freine les deux cantis, pour laisser le tambour sur un seul frein ou si c'est mixte : je regarderai si tu veux. de souvenir le but est d'utiliser le tambour pour ralentir le tandem sans faire chauffer la jante

    • Les pédaliers sont inversés, ce qui te fait économiser 2 m de chaine ( et le poids qui va avec).

    Ça peut valoir le coup de faire les modifications...
    Si ça t’intéresse je peux faire des photos



  • L'histoire des chaine c'est pour diminuer la torsion du bdp dans le cadre
    Sur un tandem classique les efforts de la chaine primaire ET la chaine secondaire s'additionnent pour imposer un couple de torsion plus important au bdp AR .
    Sur le type de montage du Follis, il n'y pas de couple de torsion car les 2 chaines tirent le bdp vers l'arrière.



  • @leotrouvtou mon est dans la meme configuration de freinage que toi : les deux cantis sur le levier avant (un modele specifique tandem, avec deux entrees de cable), et le tambour sur le levier arriere. c'est assez deroutant, surtout que le tambour ne freine plus des masses et que le canti avant attaque legerement avant l'arriere. Je pense le remonter plus classiquement avec le tambour pour le stocker (et des brifter pour le pilote).

    Pour les pedaliers, cette config limiterai la torsion du cadre au niveau du boitier de pedalier du stoker avec des cuissots puissant (et permet de croiser la chaine a max sans que ca gratte - c'est cool aussi, c'est pas simple de changer de plateau sur un tandem :D)). C'est sur qu'en plus d'etre un chouille plus lourd (300g max ?), c'est graphiquement chargé, mais je ne pense pas que cela soit inversable sans modifications lourdes / brasage / peture :)



  • voila, comme @ceramique, du coup.



  • @ceramique Ah ! Merci pour l'explication, on se demandait ça sur LFGSS mais la réponse des gens étaient pas satisfaisante.

    @leotrouvtou @guillaume_ Balancez les photos ! Je savais pas que t'avais un tandem Guillaume ! J'ai également ce levier de frein avec les deux sorties de câble mais une seule est cablée. D'ailleurs, c'est le frein arrière pour moi (droite). Ca freine pas des masses ici non plus mais le tambour nous aide bien. Je pense que c'est autant du à la position/qualité des patins qu'à comment sont attaquées les bandes de freinages. C'est bien concave !



  • @mrboulard

    text alternatif

    text alternatif

    Ya du taff, et j'ai pas de stoker, du coup j'ai rassemblé le matos pour le retaper en tache de fond, mais j'ai pas encore pris le temps de m'y mettre. (roue avant en 40h a monter - roue arriere en 48h a remonter avec un moyeu shim moderne, freinage a totalement revoir, transmission a passer idealement en 10v sur brifter, cadre a passer a la methode piotr, poste(s) de pilotage a refaire..)...
    Ca va ptet attendre la retraite.



  • @guillaume_ Ah ouais, j'espère que tu l'as eu apacher parce que y'a du boulot !!



  • @guillaume_ beau !

    Je ferai des photos prochainement : c'est le tandem de la famille ( acheté en 36 pour les congés payés par le grand père ) , initialement avec un dérailleur à double tirage en 3 vitesses avec deux plateaux puis un peu modernisé par mon père pour un triple plateau et plus de vitesses.

    Il ressemble beaucoup à ça https://forum.tontonvelo.com/viewtopic.php?t=15953

    À la base, mon grand père avait un moteur à pétrole qui se fixait sur la roue arrière "pour plus de puissance" mais ça dévissait systématiquement l'axe de la roue et il a été jeté bien avant ma naissance après moult essais infructueux. (quand j'ai appris ça j'étais bien vert)

    j'imagine que c'était un moteur dans ce genre https://forum.tontonvelo.com/viewtopic.php?f=43&t=27026&start=0



  • @mrboulard 0e, abandonné dans la rue, sorti de cave :) (et sans sa roue avant). Du coup ca va.



  • @guillaume_ ouaaa t'aurais dû nous le montrer avant il est top ce tandem disco !



  • @guillaume_ Ah ouais, ça vaaaaa. Ca fait un beau projet, mais il te faut un stocker pour t'aider dans cette tâche.



  • enfin ? le stocker, c'est surtout pour rouler qu'il est utile



  • Et le tandem de @GrosNaze on en parle ?
    #balance



  • @spraynasal : Quand il roulera ;)



  • oué, on s'en masse des tandems, on veut la suite des tes japaniaseries!



  • @GrosNaze J'ai mis -1 à ton message. Prend cela pour un encouragement à t'améliorer.



  • @mrboulard 😂😂😂👌



  • @mrboulard
    Bon, c'est la photo d'un illustre modérateur à qui j'ai acheté le tandem. Il m'avait demandé de revendre les roues (que je n'avais aucune envie de garder).
    Me suis amélioré @mrboulard ?
    text alternatif



  • Un tandem de follis !

    (Sûrement faite 1000 fois.)



  • Aouccchhh. et les magura <3



  • @mrboulard a dit dans Mrboulard - (Viens lire mon récit du Japon à vélo !) Pause Tandem Follis :

    Pour info, le tandem a couté 15000 francs dans les 80's. 25 SMIC de l'époque tout de même....

    T'es sûr de ton calcul? ça fait le smic à 600 francs.... moins de 100€ par mois...c'était raide les 80s



  • Ce message a été supprimé !


  • @mc-lovin

    Ahah, non bien sûr, je me suis complètement planté. C'était l'équivalent de 600€ donc 4000f. Ce qui nous fait presque 4 SMIC. Ca devient plus raisonnable.

    @GrosNaze Rohlala, il est superbe. Avec les Magura, c'est ouf ! Mais c'est pour les grands, non ?



  • @mrboulard Faudrait que je le remesure, mais de mémoire c'est 56 devant et 54 derrière.



  • punaise mais c'est parfait pour moi et mon stocker.



  • Je pose ça là

    0_1547230998495_2018_05_Japon_03_017.jpg



  • Belle photo !



  • 0_1547318179712_2018_05_Japon_04_014.jpg