[H.S] MOVIES PLAYLIST



  • Toi le jour où tu vas découvrir le fixie ca va te faire bizarre :) (je taquine mais c'est vrai que c'est chouette comme flim sur le cyclimse)



  • @yeahrider

    Mais pourquoi?



  • @Antoine-Eiffel Bah, je crois que c'est parce que les Triplettes c'est un classique et que ton enthousiasme était marrant...



  • @Antoine-Eiffel Pour les raisons qu'invoque Fra. Ton enthousiasme légitime m'a amusé, désolé si ma remarque est apparue condescendante.



  • @yeahrider
    Et bien, à défaut d'avoir fait une trouvaille, je vous ai fait marré, c'est déjà pas mal. ;)



  • Gardiens de la Galaxie 2: prévisible mais jouissif. dommage pour la gestion maladroite du méchant..mais bon c'est moins moche que le méchant en carton du volet précédent.

    Sympathy for Mr Vengeance/Lady Vengeance/Oldboy
    Oh putain. deuxième fois pour Mr Vengeance et Oldboy, toujours aussi scotchant. Lady Vengeance par contre ouah. je sais pas si je vais le re-regarder un jour, c'est un de ces malaises ce film.



  • Dans le genre "j'ai un train de retard", j'avais acheté The Lobster y'a quelques temps, vu seulement hier soir.
    Bon ben je comprends parfaitement l'engouement qu'il a pu susciter tellement ca fourmille d'inventivité et de petits détails trop bien. J'y ai vu un mix de HER, Farenheit451 (et bien d'autres) dans une ambiance globale achement poétique. Les acteurs sont parfaits, l'ensemble est très bien foutu, entre mélancolie et burlesque, bref, gros coup de coeur
    Faiche, encore un réalisateur dont je vais avoir envie de me faire l'intégrale....



  • Dans la série 'je rattrape mon retard", maté ça hier soir
    text alternatif
    Un brin gentil, quelques bons sentiments et des ficelles parfois grosses, mais ca marche vraiment bien, c'est drôle et profond, les acteurs sont tops, y'a une ambiance bien étrange qui fascine assez.
    Assez dans la veine de The Lobster justement (et c'est assez drôle, parceque R Weisz joue dans les deux une partition assez semblable)
    Et "oh putain de merde", je découvre que le réal, Sorrentino, est aussi celui de "This must be the place", très bon cabotinage de Sean Penn en sosie dépressif de Robert Smith...



  • Tiens, ca faisait longtemps, les derniers films vus / très bien / indispensables / grosse claque / petite sucrerie (dans le désordre, parfois plusieurs qualificatifs pour un même film)

    text alternatif
    Narration non linéaire because scénariste de inarritu (entre autres), mais tommy lee jones livre un regard bien sombre sur la vengeance froide, une réussite.

    text alternatif
    Sans doute des trucs à redire sur la forme, pour le reste c'est parfait, indispensable, et ca fait marner les réacs de tous poils c'est bon signe.

    text alternatif
    Un côté guimauve assumé, un référence évidente (et réussie) aux comédies italiennes des 70's, un chouette moment avec des acteurs trop rares a l'écran.

    text alternatif
    Un brin déçu (un côté outrancier inutile chez Ferrara je trouve et globalement ça a vieilli), mais prestation comme souvent impeccable de Keitel en méchant flic en quête de rédemption

    text alternatif
    Dans la série "mystique qui veut se racheter", énorme claque, c'est absolument parfait et depardieu excelle (oui je sais j'ai 30 piges de retard)



  • Bad Lieutenant est loin d'être le plus outrancier de Ferrara. Moi je le trouve parfait ce film. Il y a eu une sorte de remake par Herzog qui est très différent mais tout aussi excellent. Le film repose aussi sur la prestation hallucinante d'un acteur de génie : Nicolas Cage, qui en fait des tonnes mais ça fonctionne à chaque fois.
    Quant au Pialat, ben même chose, c'est sublime...


  • Modérateur

    Snif snif
    https://pitchfork.com/news/johann-johannsson-no-longer-involved-with-blade-runner-2049-report/
    Le drame, c'est pas comme si la BO de Vangelis etait un chef d’œuvre cultisme. Allez, Dunkirk est le meilleur de Zimmer, on se rassure comme on peu...

    Quand je vois qu'a cote Flying Lotus a bosser sur ca... dur dur



  • ridely scott n'est pas à la réal, c'est déjà ça de gagné!



  • @Fra Cage est souvent insupportable de cabotinerie, j'ai vraiment du mal. La seule fois où j'ai trouvé qu'il s'en sortait pas pire, c'est dans lord of war, c'est dire...

    Sinon, dans la série déception, le dernier Téchiné, "nos années folles". ultra lourd, longuet, celine sallette s'en sort mais ca sauve pas le film amha. J'ai largement préféré la bd sur la même histoire "mauvais genre", bien plus fine dans le traitement. Dommage, le précédent de téchiné ("quand on a 17 ans")m'avait bien plu



  • @yeahrider Bah moi, je l'ai tellement adoré dans Bad Lieutenant, Snake Eye et Sailor & Lula...
    Dans Lord of War, c'est l'inverse, il est effectivement plus sobre, mais le film est loin d'être ouf.



  • Ha oui, le film est loin d'être ouf, mais pour une fois il en fait juste assez pour être crédible. Je sais pas, j'ai l'impression qu'il surjoue, et ca fait partie des gens qui m'irritent rien qu'à les voir a l'écran, sans que ce soit forcément lié à leur talent d'acteur-trice



  • Moi, c'est Samuel L. Jackson que j'ai du mal à supporter...



  • Moi, c'est Jared Leto, RIP Blade Runner.



  • @Monsieur-K Je ne savais même pas qui était Jared Leto. J'ai entré son nom dans google images, j'ai compris pourquoi tu ne le supportes pas :-)


  • Modérateur

    Blade Runner 2.0
    step 1: (❂‿❂)
    step 2: (⌒▽⌒)



  • Waitnsee. On cause de denis villeneuve là.


  • Modérateur

    J'ai kiffe. Roger Deakins merite une statut pour ce film. WOW.



  • moué, mais ça fait pas tout la photo.
    en vrac : on a l'impression que harrison ford est là pour le chèque/ ça manque cruellement de poisse genre fin du monde/ jared l'étau/ hans "pompier" zimmer/ syndrome nolan, genre trop illustratif.
    un bon moment malgré tout mais pas de quoi se taper le cul par terre. on en regrette incendie du même villeneuve.
    ...
    sinon, j'ai tenté les garçons sauvages de mandico. un peu un guy maddin rock n' roll de proximité, mais il a le mérite d'essayer des trucs. pis ya vimala pons et des meufs/ mecs à poils.

    0_1507278509862_Les_garcons_sauvages.png



  • Hier on a regardé Macadam Cowboy.
    J'en attendais pas grand chose et je suis resté sur le cul. C'est d'une grande poésie mêlée à une cruauté terrible.
    Je n'ai pas cessé de penser à L'épouvantail. Un grand film.



  • Salut dandy. Tu vas manquer.
    text alternatif



  • on perd un acteur exceptionnel et un cavalier émérite , bye bye Mr ROCHEFORT



  • Hier c'était Spike Lee au programme, avec
    text alternatif
    Clairement, avant de devenir chiant et insipide, Spike Lee a fait du cinoche de qualité, réflexif, esthétique, drôle. En témoigne ce premier long métrage de type film guerilla, inégal, mais aux multiples lectures possibles et vachement plus intéressant que ses plus connus.
    Naissance du fameux personnage de Mars Blackmon (sans gapette brooklyn dans le film), que l'on retrouve plus tard dans les pub pour les nike Jordan.
    text alternatif
    Et pour ceux que ca intéresse, une série du même nom est en préparation par Spike Lee pour Netflix (avec la réserve de ce qu'a fait Lee depuis), ce qui sera peut-être l'occase de voir ressortir le film en DVD.



  • text alternatif
    A touch of sin
    Belle fresque dramatique sur les conditions de vie et surtout de travail dans la chine contemporaine, avec son lot de frustrations et de détresse sociale. Un brin longuet et sans doute des codes culturels que j'ai pas repérés, mais un ensemble plutôt costaud.

    text alternatif
    Belgica
    Moins touchant a priori que les deux précédents films du réal, ca prend son temps et ca semble surjoué avant de prendre progressivement son ampleur et que la crasse reprenne le dessus. Finalement les personnages sont bicéphales, ce qui me plait bien dans les films de Groeningen, ca se met sans doute en place plus lentement et insidieusement que d'habitude.


  • Modérateur

    @nab Je n’avais pas vu ta réponse. La BO est principalement gérée par Benjamin Wallfisch et reste nettement supérieur a 99% de ce qui se fait actuellement. La photo est juste sublime et rappelle l’orignal avec les moyens d'aujourd'hui, le cote poisseux est une question d’époque. On ne voit quasiment pas Leto... bref pour moi c'est une réussite car il garde le cote contemplatif/poétique du premier.

    Sinon j'ai vu ca et c'est de la balle
    text alternatif
    Zahler est trop fort pour développer ses personnages et créer une violence brute de décoffrage. J'avais kiffe Bone Tomahawk, la c'est le level d’après. Vince Vaugh pose ses couilles sur la table.



  • @Sir-Tendo Bone Tomahawk était dingue ! Je vais regarder ce Brawl... Merci pour le conseil :-)
    @yeahrider Je me souviens avoir été scotché par Touch of Sin, et notamment par la scène de fin (le contre-champ sur le public qui regarde une pièce de théâtre)...


  • Modérateur

    Accroche toi a ton slip, ca déménage.

    Thor: Ragnarok est bien marrant, Taika Waititi a en littéralement rien a foutre des nouveaux Marvel mais montre quand même un certain affection a l'univers comics, la version pre test-screening et studio cut devait être fantastique/flash-gordonesque. Pour la peine, je me suis rematé Hunt for the Wilderpeople ce week-end.



  • @Fra Ha oui, certaines scènes sont carrément fascinantes. Pour en avoir causé après, y'a tout un truc avec les animaux et ce qu'ils représentent dans la culture chinoise, et aussi pas mal de non-dits ou d'ellipses qui prennent leur sens quand on connait la situation politique là-bas. Pour le reste, si la violence est esthétisée, elle n'est jamais gratuite, contrairement aux films des gens que le réal a pu inspirer (woo et tarantino par exemple).

    A part ca, j'ai profité du spleen dominical pour aller voir le dernier Dupontel.
    text alternatif
    Très très bien par plein d'aspects, de chouettes inventions, des situations gagesques comme il les maîtrise, un ensemble assez réussi. Quelques trucs à redire sur le cabotinage de certains acteurs, et sur des mouvement de caméra alambiqués gratuitement, mais dans l'ensemble plutôt bien j'ai trouvé

    Sinon, j'ai revu L'armée des ombres de Melville (d'après Kessel), je crois que c'est quand même un de ses meilleurs. Y'a toute l'ambiguité qu'il faut, et les acteurs sont parfaits.



  • @Sir-Tendo : jsuis certainement trop dur et villeneuve était le meilleur choix, mais si il n'y avait pas eu de suite ça n'aurait pas été pire.
    l'un des problèmes du moment, c'est d'essorer des franchises, pomper la littérature (BD/ roman/...) ça manque cruellement de vraie "création". ce sujet aurait pu être traiter dans un autre univers et, belek, devenir un jalon de la SF. mais non. fan service/ brouzouf/ toussa. bref.
    sinon, tu serais aimable de ne pas trop la ramener avec des films que l'on va attendre 6 mois pour les voir arriver chez nous. bisou!
    @Fra @yeahrider : poussenlair
    sinon CDG : plus ça va moins je crois en l’expérience collective au cinéma. entre le ruminant, pépé qui ronque et le boutonneux en chaleur... ya plus de respect ma bonne dame. j'm'en va rester chez moi tiens.



  • @nab a dit dans [H.S] MOVIES PLAYLIST :

    sinon CDG : plus ça va moins je crois en l’expérience collective au cinéma. entre le ruminant, pépé qui ronque et le boutonneux en chaleur... ya plus de respect ma bonne dame. j'm'en va rester chez moi tiens.

    A Lyon on a le plaisir (?) d'avoir vu les CNP rachetés par "Lumière" et être devenus des cinémas "art et essai" où, en s'acquittant du prix modique de 5e la séance, on peut voir un film en compagnie de gens civilisés (il est par exemple interdit de manger ou de boire).
    C'est extrêmement gentrifié mais entre payer 12e pour partager ma séance avec les autres et 5e en ayant la paix, y'a pas photo.
    Après on y voit pas le dernier Tom Cruise, le choix reste restreint...



  • @nab et du coup, le ruminant, ce serait pas un peu toi?
    (expérience collective mes fesses, c'est surtout la seule manière de voir les films dans des conditions correctes amha, mais sinon effectivement partager l'espace avec la plèbe, merci bien)(j'exagère un brin, y'a quand même des fois de chouettes moments au cinoche)(si tu choisis ton cinoche et ton moment)
    @Monsieur-K au-delà de la gentrification ou de l'entre-soit ou autre snobisme cinématographique, perso un couple de vieux qui commentent à voix haute chaque scène pandant 2h me dérange beaucoup plus que le môme qui rumine ses corn-flakes régulièrement pendant les 20 premières minutes



  • @Monsieur-K : je fais la cinémathèque et les ciné rue des écoles (patrimoine/ art et essai), c'est le même tarif. finalement, la carte illimité, c'est pas le pied.
    @yeahrider : uniquement quand on me chie dans les bottes.
    j'ai maintenant une TV prestige et c'est quand même taupe de mater un kurosawa en sleub.



  • @yeahrider a dit dans [H.S] MOVIES PLAYLIST :

    @Fra Ha oui, certaines scènes sont carrément fascinantes. Pour en avoir causé après, y'a tout un truc avec les animaux et ce qu'ils représentent dans la culture chinoise, et aussi pas mal de non-dits ou d'ellipses qui prennent leur sens quand on connait la situation politique là-bas. Pour le reste, si la violence est esthétisée, elle n'est jamais gratuite, contrairement aux films des gens que le réal a pu inspirer (woo et tarantino par exemple).

    Hophophop tu veux dire qu'il a inspiré Woo et Tarantino? Le dernier film valable et purement HK que Woo a sorti est "A toute épreuve" en 92, bien après ses tubes comme "Une balle dans la tête" ou "le Syndicat du crime". La même année que "Reservoir Dogs" ... Et le réalisateur Chinois a sorti son premier film en 97, donc par rapport à Tarantino jusqu'à Jackie Brown...il n'a pas pu vraiment les inspirer, tout du moins pas sur leurs films marquants...Mais je chipote!



  • Mes confuses, il fallait lire "dont le réal a pu s'inspirer" effectivement. J'ai une fâcheuse tendance a intervertir les influences...
    Cela dit, Jia Zhangke se démarque justement du cinéma chinois habituel connu, essentiellement Hong Kongais. Une interview intéressante de lui dans un courrier international d'il y a quelques années déjà
    https://www.courrierinternational.com/article/2009/01/29/jia-zhangke-reinventer-le-cinema-chinois



  • @nab @Monsieur-K @yeahrider Je ne vous parlerais pas de cette séance de Finis Terrae de Jean Epstein sur l'île d'Ouessant sans aucune présentation (une fois les lumières éteintes : "Ah oui, il n'y a pas de son mais c'est normal" de la part de la personne qui lançait le film) et avec une salle de 50 personnes dont 6 seulement connaissaient ce film. On entend beaucoup plus les soupirs, les ronflements et les commentaires quand c'est un film muet...



  • Moi une fois j'ai eu droit à une descente de police pendant le film. Ça a signé plus ou moins l'arret de mes sorties cinéma, vive les dvd en slip.



  • À Choisy nous avons toujours notre ciné municipal, tarif plein: 6,50€ abonné: 4,00 carte d'abonnement: 12,00€. Dans notre banlieue les vieux sont bien élevés et ne commentent pas chaque scène à voix haute, les adolescents préfèrent aller au Pathé Belle Epine (centre commercial).
    La programmation est variée, par exemple pour le mois de novembre:
    L'école buissonnière- The square- Zombillénium- Au revoir là haut- Le jeune Karl Marx- Opération casse noisettes 2- Daddy Cool- Mise à mort du cerf sacré- Un conte peut en cacher un autre- Jalouse- A beautiful day- Wallace et Gromit: Coeurs à modeler


  • Modérateur

    Vous plaignez pas trop, chez nous c'est 15-20 euros la séance.



  • à paris, on va bientôt arriver à ces tarots. sans compter les suppléments pour sièges premium/ atmos/ 3D/ 4DX/ Auro 3D. bref du gadget pour nous tondre.
    un slip et un LCD, on va tous y arriver :D
    @granturismo : heureusement que le cinéma associatif fait encore la job, c'est vrai.



  • Y'a toujours moyen de se coltiner du cinoche à moins cher (voire gratos) dans des villes de taille moyenne, que ce soit par l'associatif ou par des structures culturelles municipales (ou pour les chanceux des cinoches A&E). Après c'est sûr que si tu veux du blockbuster ou du film grand public, faut être prêt à te faire saigner...
    Sinon, un copain qu'a la bonne idée d'organiser des séances chez lui avec une prog classieuse, ca allie expérience collective de cinéma et le dvd en chaussettes dans le canap'



  • Tiens, hier j'ai payé 8.5 pour aller voir
    The Square
    Et j'ai pas regretté
    text alternatif
    Vous en avez lu ou lirez tant et tant sur la palme d'or de cette année. J'avais rien lu, si ce n'est que c'est le même réalisateur qui avait fait le très troublant "snow Therapy" y'a quelques temps. Il a encore poussé le curseur d'un cran dans l'exploration de nos petites lâchetés quotidiennes. Là, il mêle ça d'une critique acide de l'art contemporain (enfin surtout de ceux qui gravitent autour d'ailleurs), une vraie réflexion sur nos paradoxes et de gros moments de malaise hyper insidieusement amenés.
    Tout est hyper maîtrisé, jusqu'au moindre détail. Une grosse grosse claque.


  • Modérateur

    C'est top The Square
    J'ai regarde Good Time, le nouveau film des frères Safdie. C'est vraiment pas mal, filmé quasiment camera au poing avec beaucoup de plan serré. Très indigeste et oppressant en accord avec la BO de Daniel Lopatin. Moins d'impact que Heaven Knows What mais ca reste un film puissant. Robert Pattinson est bon dedans, vraiment bon.

    text alternatif



  • Enfin vu Ex Machina
    text alternatif
    Faut reconnaitre que si la réflexion est intéressante et l'ensemble plutôt correctement fait, j'y ai trouvé quelques ficelles un poil grosses et une envie de mindfuck pas toujours réussi. Après, je reconnais que ca reste un cran au-dessus de bien des films sur la question.



  • Dans la série "grosse déception", La mise à mort du cerf sacré.
    Alors que le précédent film du réalisateur (the Lobster) était à la fois malin, intriguant, onirique et au final glaçant, celui-ci est une débauche de gros-plans insupportables, d'une mise en scène pataude (les gamins qui rampent, ok, mais peut-être pas pendant 20 minutes) au service d'un scénar au final assez creux. Sans compter les coups d'esbrouffe pour choquer artificiellement et gratuitement le spectateur trop bien installé (entre engueulades artificielles et secrets gratuitement glauques au service de rien). Bref, seule kidman s'en sort a peu près, les autres sont soit trop grossièrement flippants soit absolument creux.


  • Modérateur

    Je me suis maté The Wailing de Hong-Jin

    text alternatif

    Film vraiment très bien, j'y ai retrouve tout ce que j'aime dans le cinéma coréen: photo incroyable, poids des traditions, poésie de l'histoire et des personnages avec une atmosphère incroyable. Il y a même le petit cote Aronofsky avec les grosses références bibliques, en restant mille fois mieux que sa dernière chiure Mother! (Darren si tu me lis, this movie was very pas terrible).



  • @Sir-Tendo > gros poussenlair
    sinon, star wars, ça lasse un peu, mais la scène du kamikaze...bigre!
    pour les parigots> tu veux un film en scope? tu vas au max linder. au balcon, hein.



  • Bongour les kinéfils
    J'ai réemprunté du lubitsch, je confirme que c'est quand même de la balle. Ca parait étrange de dire ca d'un cinéaste mort depuis un demi-siècle mais quand même, quelle modernité, quelle audace, quelle grâce!
    Après To be or not to be, sorti en 42 et d'un cynisme délicieux, La folle ingénue, satire acide et vaudevillesque a souhait.
    C'est sans doute hyper mainstream mais putain que c'est bon de se mater une vieillerie de la sorte de temps à autres.



  • Pour la Noyelle de mon amie, je lui ai offert l'affiche annuelle. Chaque année on change d'affiche dans la cuisine en mettant celle du film qui nous a le plus plu cette année. Il faut par contre que l’affiche soit belle.

    text alternatif

    text alternatif

    text alternatif

    Cette année je voulais offrir Paterson. Mais. L'affiche française est dégueulasse et l'allemande est introuvable.
    Heureusement Johnny est mort.

    text alternatif

    On l'a revu, ils nous a replu.
    Vivement le 1er Janvier qu'on puisse changer !!



  • The lobster : top !



  • text alternatif
    j'ai récup ça, mais galère à encadrer... du coup j'ai masse de sérigraphies de briancougar et jean luc navette.



  • @nab Autant l'affiche est cool autant le film m'a un brin laissé perplexe.
    Par contre Cougar et Navette, tu tapes dans des bons là!



  • l'est très bien ce fillm. pis la BO défonce (mica levi ou micachu selon le projet)



  • Ah les goûts et les couleurs... J'ai bien aimé Under the skin, par contre j'aime pas ce que fait Briancougar même s'il est bien fort techniquement.
    Pour ceux qui ont aimés The Lobster, avez-vous vu Canine, le premier film de Lanthimos ?



  • Je rectifie mon propos, Under the skin était plutôt très bien mais certains trucs m'ont échappé, j'ai parfois trouvé qu'il faisait dans l'étrange pour le seul plaisir de perdre son spectateur. Bref, au final je l'ai trouvé un brin inégal.
    Briancougar, je lui reconnais une grosse technicité, esthétiquement j'adhère pas non plus à tout mais c'est un peu le principe, ca dépend de ce qu'il cherche à illustrer. et effectivement, les goûts et les couleurs...
    Lanthimos, je crois que j'en ai déjà reparlé ici, son dernier m'a complètement laissé de marbre, mais the lobster était parfait et ses courts sont a tomber. Pas vu Canine mais je note.



  • On commence 2018 en rattrapant 2 retards de classiques

    Soylent green (mal traduit par soleil vert)
    Ca a achement vieilli sur la forme et le jeu d'acteur de Heston, mais le propos reste plus que jamais d'actualité. Et au final c'est pas si mal fait.

    La ligne rouge
    Chiant à mourir, les considérations métaphysiques de miss france pendant 3 h de Malick sur "la guerre c'est moche et si les dauphins se tiennent la main ca fait des arc-enciels dans le coeur des licornes", merci bien. J'exagère un brin, mais c'est hyper long et au final assez naif. Et sur la plupart des rôles hyper manichéens, seul caviezel et sa gueule d'ange s'en sort

    Et sinon en moderne

    The California Project
    Un ensemble plutôt équilibré mais si le propos est pas toujours hyper dense et une forme qui peut agacer (ce cinéma américain néo-réaliste acidulé). Drôle, sensible, et des acteurs épatants. Dont Defoe qu'on voit résolument pas assez.

    La Villa
    Guédiguian continue dans sa veine nostalgique, mais celui-ci est plus fin que prévu. Les acteurs ont pas à forcer leur talent, c'est parfois cynique, et au final assez touchant. Une jolie exploration des rapports familiaux sur fond de passéisme.



  • Ok pour the CALIFORNIA PROJECT mais le Guédiguian c'est grand NAN !!!!!



  • Pourquoi donc?
    Je craignais le pire. Et plutôt agréablement surpris, j'm'attendais a une discours de vieux con et c'est plus subtil que ca. Après c'est sûr qu'il faut être a l'aise avec ses rapports familiaux et générationnels, sinon ca plombe un brin...