Road to ruin, PBP 2019



  • TLDR; Hier j'ai fait le 200 de Beaufort-en-Vallée, aujourd'hui j'ai du mal à monter les marches.

    Ce week-end j'ai encore fait un 200, j'ai encore été mauvais j'ai encore mal fini. Je pourrais dire que c'est la faute aux 105km de vent défavorable, dont 90 vraiment pleine face, mais ça serait trop facile. Bon ok j'ai pris un relais de 25km dès le départ, ok j'en ai encore pris un de 15k ensuite et fini par emmener le groupe sur les 8 derniers kilomètres, mais est-ce vraiment une raison ? Je croyais que le principe du vélo c'était plus on en fait, moins c'est dur. Apparemment ça marche pas pour tout le monde.

    Dans mon idéal j'allais suivre le groupe des costauds, sans prendre de relais et rester planqué jusqu'au bout. Le groupe des costauds était composé de 3 individus, dont deux que je n'ai plus revu après le premier stop, à 100m du départ !!! Je me suis mis avec le groupe 2 donc, tout allait super bien, je suis passé devant sur les 25 premiers km, ça roulait tout seul, sans consommation d'essence (a priori en tout cas). Au km 50, le groupe se disloque, je pars avec les gars de devant, enfin à ce moment là c'est moi le gars de devant, un groupe 3 se forme distancé très rapidement sur une succession de bosses.

    Je me retrouve avec quatre Mamertins, un Alençonnais et un Angevin déjà croisé sur le 300 du RCA. Au km 88 s'opère le tournant vers le sud, avec le vent sud ouest, tout de suite ça avance moins bien, au km 105 je me demande ce que je fous dans le club des diagonalistes de moins de 40, c'est une bande de jeunots plein de fougue, le vent ça les arrête pas, les bosses un peu mais c'est à cause du quasi-quintal qu'ils se traînent en moyenne. Au km 110 on ramasse le 3e du groupe de tête, ça m'étonne pas qu'avec un vent pareil on le rattrape, il accroche sans problème. Au km 140, une crevaison, j'avais discuté avec le mec en question en attendant le départ. Il m'avait dit comme quoi il avait les Vittoria Randonneur parce qu'ils sont increvables quoiqu'un peu lourds. J'en profite pour m'étirer un peu, manger des bricoles, pour tenter de survivre durant les 60 prochains kms, en 2h c'est plié rigolé-je. Le lâché du groupe des costauds ne s'arrête pas pour la crevaison, manquerait plus que ça, lors de mon arrivée il était déjà en train de repartir.

    Le vent c'est vraiment n'importe quoi, on doit s'arrêter 10km plus loin pour une tournée de monaco, le groupe 3 nous dépasse. Au km 153 je commence à plus trop suivre, quand on roule à l'ordinaire c'est pas pareil. Parfois je prends jusqu'à 100m dans la vue, les gars sont cool ils temporisent le temps que je rentre, à la merci de la moindre rafale je prends 5 mètres, puis 10 mètres, à deux ou trois reprises un petit coup de "pousse" me permet de rester dans le groupe, juste retour après quelques coups de pouce données aussi dans les bosses du Grand Lucé et d'Aubigné Racan. Je commence à flipper car si je lâche y a plus personne derrière pour m'attendre, il y a une bonne ambiance dans le groupe mais ça me soûle de ralentir tout le monde.

    Au km 168 on rattrape le groupe 3, je dis au revoir aux gars et je reste dans ce groupe où je souffrirais moins. En allant Vernantes je suis déjà trop entamé pour que l'ingurgitation de quoi que ce soit ait un effet sur mon organisme. Encore 25km à tirer. En arrivant à Longué, je dis que je commence à trouver ça longuet, interloquement (!) général, ok, après 187km faut pas être trop regardant sur l'humour. Sur la route de Brion, la perspective de l'arrivée me fait prendre les commandes du groupe. Je discute avec un mec du RCA du grand jeu des panneaux avec ses potes à son dernier Paris - Bordeaux. On n'en a fait aucun jusqu'ici, mais on se fera le dernier panneau tous les deux, je mets le plus grand 36x15 que je peux emmener et je fais le sprint de la délivrance. Un de fini, mais ça ne me rassure pas sur la suite, et le chemin qu'il me reste à parcourir.

    https://www.strava.com/activities/1177628675
    https://www.relive.cc/view/1177628675



  • Trop fort @spraynasal, tu gères ;).
    J'ai fais le 150 de Saint-Sébastien finalement, avec le groupe des costauds, bien à l'abri, et c'était nickel.
    On se retrouve pour le 250 du N-Peloton le 1er Novembre?



  • Au final tu vas tellement apprécier de faire les 200 de cette manière que tu trouveras ça nul quand tu n'en chieras point !



  • Faut pas te traiter de mauvais juste parce que tu as 'mal' fini ton BRM. On dirait que t'es parti trop vite et que tu t'es un peu surestimé. Pratiquement 26 de moyenne sur 200 bornes avec 100 de vent de face, y'a pire comme mauvaise performance. AMHA suivre le groupe des costaud en mode cyclo/BRM ça peut être dangereux, parce que tu sais pas à qui tu as affaire (au contraire de la compet ou on a des catégories qui nous guident), et tu peux très bien te retrouver avec des coureurs très forts qui viennent se faire un petit BRM pour faire de la distance. J'ai eu des expériences similaires à la tienne lors de 'fondos' et je l'ai bien regretté - en forme, voulant en découdre je décide de rouler comme un branque sur les 50 premiers kms pour rester avec les forts, puis j'explose vers 80 km alors qu'il reste la moitié ou plus à faire. Clairement j'ai changé mon approche, essayant de rouler plus régulier sans (trop) aller dans le rouge et sans m'arrêter des plombes.



  • La bonne méthode @SebL, je fais pareil et ça va mieux maintenant.



  • @SebL a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Pratiquement 26 de moyenne sur 200 bornes avec 100 de vent de face, y'a pire comme mauvaise performance.

    +1, bien joué @spraynasal !



  • bon , ben, il te reste à prendre ta revanche dimanche à la roche ;)



  • J'abuse peut être sur la termino, mais il y a surtout des choses qui m'inquiètent.

    • Comment je vais finir des 400 ou des 600 si à 150 je suis déjà HS ? J'étais pas forcément hyper en forme au départ, mais je tourne comme ça depuis la mi-juillet, jambes lourdes, le souffle court, j'ai tout essayé : la potomanie, les bas de contention, le massage à l'arnica, la thalasso, une semaine sans rouler, le double steak tartare, etc. je suis un peu à court d'arguments :D

    • Je pensais faire ce qu'il fallait pour progresser, mais je régresse, ou pire je stagne. Au mois de mai je partais pour 130km tout seul, en ayant les moyens d'accélérer sur la fin et finissant assez frais. Dans ma tête si je pouvais rouler comme ça tout seul, je pouvais rouler encore mieux en groupe, mauvais calcul.

    • Je n'ai pas compris que j'étais en train de me mettre dans le rouge, quand je roule à l'instinct je me plante, quand je roule au CFM je me plante aussi, j'ai surveillé le cardio pour éviter de dépasser le seuil du non retour, j'étais largement en dessous...

    J'ai aussi une transmission qui ne correspond pas à mon niveau, j'ai un plateau de 52 avec un départ à 13 sur la cassette, autant je me sens à l'aise sur le petit 36, autant j'ai du mal à emmener le 52 en dessous de 15 dents, la conséquence c'est que je surmouline en permanance, faut que je passe sur un 50 avec un départ à 12, ça devrait être largement suffisant.

    @wapdawap : comme d'hab, faut que je vois comment ça s'inscrit dans mes obligations familiales mais ça me tenterait bien !

    @cov : j'aime bien en chier mais pour être meilleur que la fois d'avant, ça me démotive de me dire qu'en donnant plus j'arrive à moins :'(

    @SebL @MK90 : merci pour les encouragements :)



  • Comme je t'avais dit, l'idéal, c'est de pouvoir faire au moins une fois 100k dans la semaine. Seul, en groupe, tu t'en fiche, tant que tu peux faire un peu de distance parce que ça forge toujours. Plus tu feras de distance plus tu pourras l'encaisser.
    C'est le secret pour PBP, et la raison qui fait qu'il y a tous ces brevets qualificatifs avant, sur deux ans.
    Ca roule pour 1er Novembre ;)



  • @spraynasal, je sais pas quel vélo tu utilises mais tes réglages sont bons?



  • @wapdawap : Un 100km par semaine faut que je me lève encore plus tôt le weekend :D Je fais un 100 par mois, et quand je fais pas ça je fais un 75/80km, plus un 30 rapide le mercredi avec les collègues (sauf N-Peloton). En ce moment par contre j'ai pas la force de faire un 100 par semaine dans délais raisonnables...

    @MaitreSedan : J'utilise mon Pilorget, les réglagles ne doivent pas être optimaux mais je pense qu'ils sont à peu près bons.



  • @spraynasal La base si t'as pas le temps pour les longues sorties c'est d'enchainer les sorties plus courtes et intenses. Rouler régulièrement pas énormément mais qualitatif c'est mieux que de faire une seule fois beaucoup de km dans le mois.

    Pour t'avoir vu rouler je pense surtout que c'est un manque de régularité dans l'entrainement qui fait que tu te sens moins bien. Je prends pour exemple le BRA que j'ai fait cette année, j'ai fait au max 250km sur le BRM de Saint-Sébastien en Avril, le BRA c'est mi-Juillet soit 2 mois et demi plus tard, entre temps ma sortie max c'était 180km à la mi-Juin. Comme je roule vraiment régulièrement (vélotaf+entrainements+courses) j'ai eu aucun soucis à faire la veille du BRA 175km (Croix de fer+Télégraphe+Galibier) avec popo. Et lendemain le jour J, le vrai parcours BRA 250km (Croix de fer+Mollard+Télégraphe+Galibier+Sarenne).

    La régularité, c'est l'important ! Enfin si tu veux des conseils d'entrainements on se capte un de ces 4 à Nantes et on en discute !



  • Bien joué!
    Finir dans le dur c'est ça qu'on aime.

    Quant à:

    J'ai aussi une transmission qui ne correspond pas à mon niveau, j'ai un plateau de 52 avec un départ à 13 sur la cassette, autant je me sens à l'aise sur le petit 36, autant j'ai du mal à emmener le 52 en dessous de 15 dents, la conséquence c'est que je surmouline en permanance, faut que je passe sur un 50 avec un départ à 12, ça devrait être largement suffisant.

    Si je peux me permettre, 52/13 ça reste plus petit que 50/12. Passer sur 50 c'est bien mais pas besoin de changer la cassette je pense



  • @Jopistol, @spraynasal il s'en fiche, c'est un faux message qu'il nous fait passer. Il attaque toujours comme un ouf tout à droite dans les premières bosses des 200 parce qu'il à ça dans le sang. Il est incontrôlable, tel Hulk Hogan.



  • @cov : Faut qu'on arrive à se capter mais je suis un galérien du temps libre :p Limite un midi si t'as du temps :D Je te prends pas comme référence, ton niveau est bien au delà du commun des mortels mais je pensais que deux sorties par semaine c'était déjà assez régulier, pas pour performer en D1 certes, juste pour faire des brevets :) Je vélotaf aussi mais la distance est trop courte pour que ça soit qualitatif :p
    @Jopistol : T'as totalement raison j'ai même pas fait gaffe :p



  • je te le dis tu vas finir à Np'olton tous les mercredi soir
    bon je crois avoir compris que pour dimanche il va falloir que je me trouve un autre moyen de transport



  • @ceramique a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    bon je crois avoir compris que pour dimanche il va falloir que je me trouve un autre moyen de transport

    Ah bon pourquoi ? Je te prends dimanche à 6h devant chez toi !



  • @spraynasal a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Ah bon pourquoi ? Je te prends dimanche à 6h devant chez toi !

    Ca devient sale ici, c'est narmol vu comment ça avait l'air dur. On demande @brigadier au haut parleur.



  • On va tourner un beau film hein @mrboulard ?



  • C'est quelle heure deja dimanche sur place???

    Perso, je pense que le vrai secret, c'est d'avoir assez de sujets de conversation, et de trouver au moins deux boulangerie ou bar...



  • @wapdawap a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    @spraynasal il s'en fiche, c'est un faux message qu'il nous fait passer. Il attaque toujours comme un ouf tout à droite dans les premières bosses des 200 parce qu'il à ça dans le sang. Il est incontrôlable, tel Hulk Hogan.

    Bon bé voilá, faut arrêter les brevets et se mettre aux crits @spraynasal, pis comme ça tu peux garder ton 52-36 ;)



  • @wapdawap a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    @Jopistol, @spraynasal il s'en fiche, c'est un faux message qu'il nous fait passer. Il attaque toujours comme un ouf tout à droite dans les premières bosses des 200 parce qu'il à ça dans le sang. Il est incontrôlable, tel Hulk Hogan.

    Bon ok ça m'est déjà arrivé mais faut pas généraliser ! Puis c'était pour tester le groupe histoire de savoir si j'allais suivre ou pas :ninja:

    @Cipitized a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    C'est quelle heure deja dimanche sur place???

    7h30 je pense c'est le max idéal pour pouvoir faire l'inscription et boire le traditionnel café soluble brioche :D
    On va pouvoir profiter du beau temps, par contre le vent s'annonce favorable, je vais peut être pas changer de plateau tout de suite !



  • Le vent, la pluie, etc... Comme nous disions avec @ceramique , nous y serons pour le plaisir de partager quelques kilomètres.

    Le truc sympa, c'est que pour une fois, j'aurai deux plateaux !



  • Du coup, vous prenez Francois?



  • @SebL a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Bon bé voilá, faut arrêter les brevets et se mettre aux crits @spraynasal, pis comme ça tu peux garder ton 52-36 ;)

    Ou pire, faire comme @ceramique, rouler en 53/46 parce que par ici c'est plat :D

    @Cipitized : seulement quelques km ?
    C'est qui François ?



  • François le français!



  • 0_1505307954521_IMG_2188.JPG
    Photo courtoisie des RVA



  • Tu roulais en tête et en plus tu te permettais de leur mettre 1 ou 2 vélos, c'est pour ça qu'ils ont roulé comme des malandrins après, tu leur faisais de l'ombre !



  • C'était pendant mon relais 25km :)
    Sur le moment je les voyais pas aussi loin !



  • 53, faut être fou pour avoir un plateau comme ça...
    moi je suis en 44/51
    et j'ai mis un pignon de plus derrière ça commence à 12 pour monter à 25
    avec mon 44/25 la seule fois ou j'ai mis pied à terre c'est pour monter au mont des alouettes, sommet de la Vendée...



  • text alternatif



  • Je ne sui jamais sur les photos...



  • Consoles toi, on voit un bout de ton vélo !



  • Tu as l'air facile sur cette photo @spraynasal. J'attend le report avec impatience ;)



  • Tu insinues que je suis un homme facile ?
    C'était peu avant la fin, ils m'ont empêché de rouler en me disant qu'il fallait que j'arrête de me la donner :D



  • Je n'insinue rien, mais tu te sens coupable ;) héhé.



  • C'etait une rando sympa...
    Fin du CR.

    Cordialement.



  • il manquait personne



  • TLDR; Dimanche j'ai fait le 200 de La Roche/Yon, c'était une rando sympa.

    Il ne manquait personne certes, à part tous ceux qui se sont dégonflés à cause de la météo, faut dire que c'était pas très engageant. Au final 10 inscrits pour le départ puis 2 autres partis en retard. Je voyais même que @ceramique était à deux doigts de céder aux sirènes de la couette plutôt qu'au réveil à 5h du matin. Il l'a fait et je crois qu'il ne regrette pas. 7h10 arrête à la Brioche dorée pour un petit café. J'ai pas réussi à trop manger ce matin, je finis un sandwich en voiture. Je reçois un petit texto de @wapdawap pour m'encourager, ça fait plaisir !

    Les gars m'ont prévenu d'entrée qu'il fallait pas que j'essaie de me la donner. @ceramique échafaudait des plans depuis déjà 2 semaines : on se planque dans le groupe des costauds pendant les 70 premiers km et dès qu'on a le vent de dos on les lâche pour rester tranquilles et se faire un resto périgourdin le midi avec raclette en dessert. Au final y avait pas de groupe de costauds à accrocher, juste nous. Et on s'est pas arrêté au resto non plus.

    J'ai roulé les premiers 180km sur le plateau de 52 mais à part ça j'ai rien fait comme demandé, j'ai pris quelques relais discrets, entre deux arrêts pipi de Jean-Mi, avec le vent de face. Ça part tranquille, Alain prend très vite les commandes de l'affaire, il s'en fout des relais ou de n'importe quoi, il a déjà 4 PBP à son actif, son rythme c'est 28km/h tout le temps, marche ou crève. De préférence tout le monde marche avec lui, mais faut pas le faire crever. Y en a un autre qui réglé comme du papier à musique, mais pour 20 à l'heure, c'est moins marrant de l'attendre ! On discute avec un coursier venu avec son fils de 17 ans, je trouve ça cool.

    @ceramique a voulu dynamiter le groupe après La Barre de Jean, il s'est mis à rouler à 35, il a fallu que je vienne le chercher plusieurs fois, il arrêtait pas de passer devant avec le coursier pour nous mettre un train d'enfer. Pendant ce temps là @Cipitized a failli en venir au mains plusieurs fois avec un mec en gravel avec ses pneus de 46mm et une cassette 11-46 pour aller avec. Il voulait que le groupe roule à son rythme. Puis une sombre histoire de dessert pas frais dans la sacoche Carradice a eu raison de lui, on ne l'a pas revu, j'avais pas spécialement ni l'envie ni le temps de l'attendre. Il faut savoir aussi être con de temps en temps. Le jeune commence à avoir un peu de plomb dans l'aile mais il reprend du poil de la bête grâce aux bons conseils que lui prodigue son père i

    Pas grand chose à dire, si ce n'est qu'on n'a pas eu le déluge promis, à peine quelque gouttes à l'arrivée et une sauce à la fin et même du soleil. Alain a nous a fait comprendre à 40km de la fin qu'on était des gros golmons, que c'était pas la peine de passer devant si c'était pas pour se placer correctement pour protéger les autres du vent. Je le sentais un peu fatigué aussi, il voulait qu'on finisse ensemble, c'est gentil. Le coursier ne manque pas non plus de nous faire remarquer qu'on pédale n'importe commencer et qu'en plus on savait pas s'abriter.

    @ceramique lance le sprint final sans trop y croire, le petit jeune embraye, je suis trop loin, ça pique dans les cuisses, je suis en 36 devant j'ai plus de pignons à descendre, je n'arrive pas à revenir à temps pour la pancarte La Roche / Yon, 3e ! Ça fait toujours ça au classement par points #troll

    À l'arrivée j'ai le droit à un casse croûte au poulet, et oui, mon cul c'est du poulet. Un des organisateurs m'a prévenu avant le départ que j'aurai mon casse croûte au poulet, qu'il y tenait vraiment parce que je ne mange pas de porc, apparemment. Il ne manquera pas de m'offrir une bière avec. Le groupe des costauds arrive, deux gars partis seuls 15m après nous, arrivés seulement 30m après nous.

    https://www.strava.com/activities/1188614670
    https://www.relive.cc/view/1188614670



  • Bah ça semblait sympa mais l'ambiance était un peu tendue dans le groupe non ? T'as pas souffert toi on dirait ! La régularité y'a que ça !



  • Trop cool le relive, je connaissais pas ce truc, ça claque !



  • @cov : Non franchement l'ambiance était bien on est resté bien solidaires, sauf avec le graveliste, et puis sur la fin les anciens étaient un peu fatigués à cause du train d'enfer de @ceramique ! Le coursier m'a dit qu'on savait pas rouler mais c'était gentil :) Et on a même eu du soleil et très peu de pluie !



  • Si les mecs en Gravel font des brevets sur route aussi...
    Il pouvait couper par les bois ce zozo.
    Dommage pour la raclette en milieu de parcours. Ça aurait sans doute eu l'effet de la pizza du MMH de cette année en puissance de callage...



  • Haha, top!



  • Pour en avoir parlé avec @ceramique ,moi, ça m'a gonflé de faire 160 bornes à attendre un peu tout le monde, et je demande juste une pause remplissage de bidon, qu'ils refusent, et je me fais les 20 dernières bornes avec des crampes de malade...
    L'année prochaine, je me pointe avec des pneus sans crampons et je les fumes ! Bordel !!!!!!!



  • Ah j'ai pas suivi ça @Cipitized, je pensais que t'avais fait le plein d'eau aux chiottes de Longeville/Mer comme les autres :(
    T'aurais dû lâcher le Graveleur bien plus tôt t'aurais été moins véner :p



  • @Cipitized

    prends des congés, des RTT ou des vacances, je sais pas comment on appelle ça dans la France d'en face, chope Unidred au passage et viens pieuter quelques jours chez moi gros. Au programme on roule taquet comme des truies, on bouffe comme des truies, on reroule comme des truies, et voilà. Tu pourras faire plein de photos débiles pour montrer au monde entier sur instagram à quel point nos vies sont inintéressantes et surtout à quel point ça nous plaît. Allez viens......



  • Je bosse pas pendant trois jours la.... Et c'est récurent !



  • Bah surtout le secret c'est de rouler à son rythme, quitte à finir avec quelqu'un qu'on connaissait pas au départ. Ces rencontres au gré de la route sont souvent chouettes.
    Y'a rien de pire que de forcer à suivre un train trop rapide ou de finir avec la sensation d'avoir passé son temps à attendre.
    (sur des brm 200 en tout cas, a mon avis)



  • Là pour le coup, pour @Cipitized rouler à son rythme ça veut dire arriver largement avant tout le monde. Pour le Graveleur ça aurait voulu dire finir tout seul, quand le nombre de participants est important ça le fait t'as toujours moyen de trouver un groupe, mais à 10 au départ c'est trop tendu !



  • Dans le cadre de la prépa PBP, franchement, il ne faut pas craindre de rouler tout seul, même si c'est moins rapide. Parce que finalement sur la durée, c'est plus efficace que l'aspi d'un peloton en terme de gestion de l'effort. La vraie différence, sauf pour ceux qui le font en moins de 60 heures, c'est la gestion des pauses. Et ça, c'est très intime. Sauf si tu as décidé de faire le PBP en groupe, auquel cas, il faut suffisamment bien se connaître pour élaborer une feuille de route viable pour tous (amha pas facile quand c'est une première).
    Pour ma part, j'essaierai de mettre moins de temps qu'en 2015, mais pas en roulant plus vite, loin de là : en roulant de façon vraiment homogène sans à-coup (éviter les coups de speed pour éviter les coups de pompe) et mieux gérer les pauses : manger moins à chaque ravito pour limiter la fatigue digestive et avoir pas mal de provisions perso pour ne pas avoir à faire la queue, notamment au début ; mettre régulièrement la crème chauffante sur les épaules et la crème chamois pour ne pas avoir besoin de se faire masser à chaque contrôle, anticiper les siestes d'un cycle au bon moment - bizarrement pour moi, ce n'est pas la nuit que je tombe, mais après le lever du jour, bien réfléchir à l'heure de départ pour élaborer un plan de route qui convienne à mon rythme...
    Bref, la vraie question, ce n'est pas la capacité physique d'avaler 1200 km à la pédale, ce n'est pas la vitesse, ce n'est pas "faire du vélo", et... ce n'est pas les autres. Avant et pendant, c'est plutôt une introspection.



  • @elyasmina a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :
    >Dans le cadre de la prépa PBP, franchement, il ne faut pas craindre de rouler tout seul, même si c'est moins rapide. Parce que finalement sur la durée, c'est plus efficace que l'aspi d'un peloton en terme de gestion de l'effort. La vraie différence, sauf pour ceux qui le font en moins de 60 heures, c'est la gestion des pauses. Et ça, c'est très intime. Sauf si tu as décidé de faire le PBP en groupe, auquel cas, il faut suffismment bien se connaître pour élaborer une feuille de route viable pour tous (amha pas facile quand c'est une première).
    Pour ma part, j'essaierai de mettre moins de temps qu'en 2015, mais pas en roulant plus vite, loin de là : en roulant de façon vraiment homogène sans à-coup (éviter les coups de speed pour éviter les coups de pompe) et mieux gérer les pauses : manger moins à chaque ravito pour limiter la fatigue digestive et avoir pas mal de provisions perso pour ne pas avoir à faire la queue, notamment au début ; mettre régulièrement la crème chauffante sur les épaules et la crème chamois pour ne pas avoir besoin de se faire masser à chaque contrôle, anticiper les siestes d'un cycle au bon moment - bizarrement pour moi, ce n'est pas la nuit que je tombe, mais après le lever du jour, bien réfléchir à l'heure de départ pour élaborer un plan de route qui convienne à mon rythme...

    C'est beau.
    Et très utile au passage :)



  • Un 200 est il une prepa au PBP???
    Perso, je le prends comme une rando entre pote. pour certain, ca peut etre agacant, mais je papotte, passe d'ami en rencontre d'un jour...
    Bref, c'est une rando convivial, sauf qu'il n'y a ni madame, ni les gosses.
    Pour les rencontres au rythme de la solitude, je me fait un tas d'amis sur les routes, et je garde toujours contacts, avec ceux avec qui j'ai rouler.

    Sincerement, si j'ai lacher le gravleux, c'est qu'il en avait besoin.



  • @elyasmina a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Dans le cadre de la prépa PBP, franchement, il ne faut pas craindre de rouler tout seul, même si c'est moins rapide.
    [...], c'est plutôt une introspection.

    Tout le reste j'agrée, mais je roule très souvent tout seul et ces distances c'est pour moi aussi l'occasion de rouler en agréable compagnie :)



  • @elyasmina "... ce n'est pas "faire du vélo", et... ce n'est pas les autres. Avant et pendant, c'est plutôt une introspection." Bon il ne me reste plus qu'à introspecter, j'avoue avoir peur du résultat de ces introspections….



  • @granturismo : Je ne suis pas très inquiète sur le niveau en cyclimse des gars qui roulent ensemble sur ce topic. Ni sur le tien en fait, si tu as envie de tenter le PBP et que tu fais bien sagement tes brevets préparatoires - quitte à lâcher provisoirement la mono-rondelle...



  • @Cipitized a dit dans Road to ruin, PBP 2019 :

    Un 200 est il une prepa au PBP???

    Non.

    J'ai juste rebondi sur le commentaire de @yeahrider sur le rythme perso.
    Après, tout le monde ne se balade pas non plus sur un 200... ;)



  • Pour ma part, je ne parle que de ce que j'ai déjà expérimenté, en l'occurrence des brevets de 200. Mais faut dire que je roulais avec quelqu'un avec qui on est synchro sur l'idée initiale : du plaisir, chacun son rythme et on s'attend régulièrement mais pas toutes les 2 bornes. Si on se décroche, on est tous les 2 majeurs et vaccinés, et autonomes, au pire le premier attendra à 20 ou 30 bornes et pourra se moquer du second. Et dans les coups de moins bien, j'ai roulé avec des gens qui avaient le même rythme que moi plutôt qu'avec mon compagnon initial, et c'était plus cool que de galérer à suivre un rythme qui n'était pas le mien.
    Mais d'une manière générale, je pense que rouler à son rythme vaut mieux que de forcer outre mesure ou au contraire se faire chier. Ce qui n'empêche pas de s'attendre régulièrement et de partager le moment.



  • Du coup, les mecs en Gravel, c'est les nouveaux mecs en Fixie pour les mecs en Route qui étaient les anciens mecs en Fixie, c'est ça?



  • J'crois que c'est un truc comme ça ouais.
    En fixie tu fais corps avec ton vélo, en gravel tu fais corps avec la nature, en route tu fais corps avec ton corps, et en downhill tu fais corps avec le sol.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.